Se connecter

US GUECELARD

28

févr. 2018

Lucas,17 ans, ou le choix d'arbitrer

Publiée par Mickael Joury / pour toute l'association / 0 Commentaire

2017-2018
News
Lucas,17 ans, ou le choix d'arbitrer

Méconnu des jeunes joueurs, l’arbitrage fait pourtant quelques émules. À Guécélard, Lucas Robin, 17 ans, fait le pari de passer de l’autre côté du jeu, celui qui arbitre.

Une carrière dans le football peut parfois se tenir à peu de chose. Pour Lucas Robin, 17 ans, joueur à Guécélard, c’est une invitation à arbitrer un match pour jeunes, il y a quelques mois. « J’ai adoré ça », explique l’ancien joueur. Une expérience comme un coup de cœur. « Je me suis senti tout de suite à l’aise, je n’étais pas forcément à l’aise dans le jeu, et ça m’a tout de suite plu. »

Seulement, on ne se lance pas dans l’arbitrage aussi facilement qu’on arrive sur un terrain de football. Avant d’être officiel, Lucas a passé des journées de formation, à Sablé, avant de passer un examen au Breil-sur-Merize, en fin d’année 2017. « On nous apprend à garder notre calme, à bien préparer son discours avec les capitaines, avant le match ; les coups de sifflet, importants pour se faire respecter. On apprend aussi à bien s’échauffer pour éviter les claquages. » Sans oublier les lois du jeu, revues en profondeur. Car le poste est rude, entre les contestations des joueurs, des erreurs de jugement, des ambiances autour du terrain…

Plan de carrière

Pourtant, sur le terrain, c’est bien lui qui doit diriger le match. Ce rôle d’arbitre, il en tire des enseignements, dans sa vie de tous les jours notamment. Lui qui passe son Bac Pro Maintenance au Lycée Claude-Chappe, il estime qu’il « s’affirme. Je parle beaucoup plus, je suis moins réservé. J’ai appris à prendre des décisions. » Un cap qu’il faut savoir franchir. « On se dit qu’être arbitre, ce n’est pas simple, il faut tout voir, que c’est difficile. Mais avant de dire ça, je pense qu’il faut essayer. Sans oublier que sans les arbitres, il n’y a pas de football. »

Pour le moment, Lucas arbitre les matches des 15 et 18 ans, avant de se tenter au district, avec une préférence pour les plus anciens : « Ce sont des jeunes de mon âge, et c’est une sacrée expérience. » Car il compte bien faire son chemin dans l’arbitrage, « j’aimerais bien devenir pro. Je prends exemple la carrière de Guillaume Paradis, le Sarthois qui évolue en Ligue 1 ». Un cas singulier, où presque. « Lors de ma formation, on avait des arbitres qui étaient présents à la demande de leurs clubs, mais on était quelques-uns à vraiment être là par passion. »

Un rôle, surtout, qu’il prend très au sérieux. « Je prépare mes matches en amont. Je regarde les enjeux, les classements, les situations des équipes. » D’autant qu’il est suivi de près sur le terrain. Outre le club qui l’accompagne dans sa progression, il est régulièrement observé par les instances sportives. « On me dit les détails ou je peux progresser. » Des conseils importants, pour, petit à petit, prendre de l’envergure, et gravir les échelons du district, de la ligue, voire plus haut. Comme pourrait le faire un joueur, finalement, car là aussi, il y a match.

Lucas,17 ans, ou le choix d'arbitrer

COMMENTAIRES